Anger Management, saison 2 : comment Charlie est redevenu Charlie

, Le

Anger Management est la nouvelle série de Charlie Sheen, plus ou moins adaptée du film du même nom sorti en 2003 avec Adam Sandler et Jack Nicholson dans le rôle d’un thérapeute atypique. Si la première saison avait du mal à décoller et à tenir la comparaison avec la série Mon Oncle Charlie (Two And A half Men), je dois bien dire que la moitié de la seconde saison actuellement en cours (et qui contiendra quand même au final 90 épisodes de 20 min !) met un grand coup de pied au cul de la série. 

Mais revenons un peu en arrière, avant que Charlie ne se fasse virer de Mon Oncle Charlie. Un oncle lui aussi atypique, qui aime les femmes et l’alcool, les plaisirs de la vie, un brin salaud mais avec un grand cœur, un personnage qui s’inspire directement de son interprète (Charlie Sheen est connu pour aimer les drogues, l’alcool, le porno et les putes). Ashton Kutcher, lorsqu’il reprendra le lead de la série avec un nouveau personnage, l’amènera dans une autre direction, bien moins débauchée. En général, les fans de la série sont tous d’accord : c’était mieux avec Charlie. Néanmoins, ne comptez pas sur moi pour dénigrer Ashton, ayant débuté le show lorsque celui-ci y a fait son entrée. Les deux sont de toute façon très différents, même s’il est vrai que l’humour noir et le cynisme de Charlie apportait vraiment quelque chose, alors qu’Ashton est bien plus tendre.

Mais là  où le bas blesse pour Anger Management, c’est que même avec Charlie Sheen aux commandes, elle n’arrivait plus à égaler Mon Oncle Charlie période Kutcher, qui continue de rester la série la plus regardée aux USA (et Kutcher l’acteur le mieux payé). Mais, à mon plus grand étonnement, vers le milieu de la saison 2, c’est à dire, dans les épisodes diffusés ces dernières semaines, un revirement de taille vient changer la donne. Selma Blair (Sexe Intentions), qui partage l’écran avec Charlie, a eu le malheur de faire des réflexions sur le manque d’éthique et le manque de ponctualité de sa star principale. Ni une ni deux, celui-ci a exigé son renvoi de la série : la meilleure chose qui pouvait arriver à Anger Management !

selma-blair-possibly-gone-from-anger-management-due-to-on-set-rift-with-charlie-sheen

En effet, avec ce nouveau personnage de thérapeute, Charlie s’était largement aseptisé, peut-être pour donner une meilleure image suite au scandale entourant son renvoie de Mon Oncle Charlie, mais au final, Kutcher n’avait plus rien à lui envier. Mais voilà qu’après le départ de Blair, le personnage dont Sheen était amoureux dans le show, celui-ci… pète les plombs ! Et voilà qu’il nous offre les meilleurs épisodes de la saison, avec un thérapeute complètement fêlé, limite schizophrène, qui boit, fait la fête, retrouve une once de méchanceté, et même… ressort les shorts, vêtement culte de son personnage dans Mon Oncle Charlie. Bref, Charlie is fucking back ! Après quelques épisodes consacrés à ses fresques dépravantes – et qui au passage  se veulent finalement plus proches du thérapeute cinglé qu’était Jack Nicholson dans le film – Charlie redevient un thérapeute plus ou moins équilibré, sans pour autant renier (heureusement) une partie des acquis obtenus durant sa période de pétage de plombs ! Ainsi il n’hésite plus à se mettre en short ou avoir des mœurs sexuelles plus légères (alors qu’il ne voulait que Selma jusque là et ne couchait avec d’autres filles que par dépit, à la manière d’un Hank Moody n’ayant d’yeux que pour sa femme Karen dans la 1ère saison de Californication.)

Anger-Management-Brian-Austin-Green-devient-regulier_portrait_w532

Mais le pétage de plombs de Charlie n’a pas été la seule mesure volontaire ou conséquente du rédressage de barre de la série.  Le personnage de Brian Austin Green (Brian Silver dans Beverly Hills et Derek Reese dans Les Chroniques de Sarah Connor), son nouveau copain de beuverie, est devenu un régulier et apporte une touche (plus ou moins) jeune et sexy, rivalisant avec Kutcher de ce point de vu, et Martin Sheen, le père de Charlie, a lui aussi gagné en importance, apportant cette relation amour/haine que Charlie avait déjà avec sa (cette fois fausse) mère dans Mon Oncle Charlie.

Enfin, le personnage de thérapeute de Selma a été remplacé par un nouveau personnage interprété par l’actrice Laura Bell Bundy… thérapeute alcoolique et un peu frappadingue (mais sexy), qui n’est finalement pas sans rappeler… la nouvelle fille de Charlie dans Mon Oncle Charlie, la boucle est bouclée.

anger_management_58098

J’ajouterais que les personnages secondaires, c’est à dire majoritairement le groupe de patients en thérapie avec Charlie, ou encore son ex-femme, Jenn, prennent de l’importance, voient leurs gags plus réussis et finalement, nous, nous y attacher d’avantage.

A ce stade, Anger Management a toutes les cartes en main pour devenir le sitcom numéro 1 aux Etats-Unis et rivaliser avec Mon Oncle Charlie. Reste à voir maintenant comment ils vont boucler la fin de cette seconde saison !

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *