Breaking Bad : une fin alternative version Malcolm

, Le

Et si Walter White, aka Heisenberg, n’avait jamais existé ; que toute son aventure n’ait été que le délire de l’esprit tordu de Hal, le papa de la série Malcolm ? Et si nous étions toujours en train de regarder la sitcom qui a rendu l’acteur Bryan Cranston célèbre ?

Quand ce dernier se réveille, c’est aux côtés de sa femme Loïs, et non Skyler ; à qui il raconte son mauvais rêve :

– Il y avait cet espèce de gosse abandonné qui portait les vêtements de son grand frère. Et il disait tout le temps « Yo, B- » !
– Allons, calme-toi…
– Et puis moi : j’avais la tête rasée, un bouc et je portais un chapeau noir. La seule chose sensée là-dedans c’était que comme d’habitude, j’étais tout le temps en slip !
– Si tu crois que ce cauchemar va t’empêcher d’emmener les enfants à l’école ce matin, tu peux toujours courir !
– Attends, je ne t’ai pas dit le pire : je construisais des bombes et je tuais des gens
– Je savais que ça allait arriver : tu te laisses pousser la barbe et tu finis par te prendre pour Oussama Ben Laden.

Un dialogue pour le moins insolite, et parfaitement dans l’esprit de la série des années 2000 ! Maintenant, vous savez pourquoi l’interprète de Loïs, Jane Kaczmarek, avait été aperçue sur les plateaux de Breaking Bad