Chronique : Bates Motel – Saison 1

, Le

C’est sur les conseils d’un ami, comme c’est bien souvent le cas, que je me suis lancé dans Bates Motel, la nouvelle série de A&E créée par Carlton Cuse, un scénariste de Lost et Kerry Ehrin, scénariste sur Friday Night Lights. La série se veut un préquel au film culte d’Alfred Hictchcok, Psychose, sauf que, comme c’était déjà le cas dans le remake plan par plan de Gus Van Sant, l’histoire se déroule à l’époque contemporaine.

A vrai dire, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Enfin si, j’allais savoir comment Norman Bates était devenu un psychopathe tel qu’on le voit dans le film. Mais quelles épreuves allaient faire de lui cet homme là ?

bates-motel-pilote-saison-1-essentiel-series

L’histoire débute sur Norman, jeune garçon timide et renfermé, et sa mère, Norma, qui emménagent dans la ville fictionnelle de White Pine Bey pour démarrer une nouvelle vie après le décès du père de Norman en reprenant le motel du coin. Et comme on peut s’en douter, le motel, la ville et ses habitants détiennent leur lot de secrets.

Une relation très forte, presque incestueuse, lie le fils et la mère. Celle-ci est sur-protectrice et décide de ses moindres faits et gestes, lui idolâtre sa mère. Lorsque Norman rencontre une fille de son âge au lycée, sa mère la voit comme une rivale et fait tout pour l’en séparer. Finalement celle-ci est tellement présente que Norman ira jusqu’à l’imaginer, le menant lentement vers la schizophrénie.

Le 1er épisode renferme de nombreux clins d’oeils à des scènes emblématiques du film, et possède à lui tout seul tous les éléments de base qui conduiront aux principaux passages du film, notamment la scène de la douche [spoiler] : après avoir évitée de justesse un viol, la mère de Norman poignarde son agresseur de nombreux coups de couteaux devant les yeux presque fascinés de son fils. Celui-ci en gardera même un souvenir, la ceinture de l’agresseur, pour une raison que lui-même ignore [fin du spoiler]. Liés par un terrible secret, ceux-ci vont encore davantage se rapprocher et se serrer les coudes. L’atmosphère visuelle du film se situe également entre les années 60 et les années 2000, d’ailleurs, comme de nombreuses personnes, ce n’est que lorsque j’ai vu apparaître le premier smartphone que j’ai compris à quelle époque l’action se situait.

critiques-series-bates-motel-saison-1-episode-L-n2Yku4

Si le couple principal porte l’intrigue sur ses épaules, et si le show doit beaucoup aux performances de Freddie Highmore (Norman) et Vera Farmiga (Norma), les personnages secondaires sont également choisis avec soin. Le demi-frère de Norman, Dylan (interprété par Max Thieriot), vit sous le même toit mais apporte un regarde complètement différent sur la relation de son frère et sa mère, et tentera de nombreuses fois de lui ouvrir les yeux ou de les éloigner. D’ailleurs, le personnage du frère, absent des films, est directement inspiré du frère de Ed Gein, le vrai tueur en série qui a inspiré le roman à l’origine du film.

Et puis il y a Emma (Olivia Cook), la jeune fille handicapée, également meilleure-amie de Norman, qui aura un faible pour lui tout en étant complètement invisible à ses yeux, ce dernier bien trop attiré par la fille populaire du lycée… qui elle-même aura un faible pour Dylan. Sans parler du charismatique et mystérieux adjoint au shérif, Zack Shelby, interprété par Mike Vogel.

mike-vogel-bates-motel-600x337

Ce que j’ai préféré dans cette saison 1, c’est le fait que la série ne garde rien pour la suite et donne tout à fond de suite ! Alors que certaines séries ménagent le suspens tout au long d’une saison, Bates Motel ne craint pas de tout dévoiler pour mieux repartir sur autre chose, donnant ainsi lieu à plusieurs mini-intrigues au sein de la saison : la colère et le meurtre de l’ancien propriétaire du motel, la découverte d’un étrange journal intime dans une chambre et l’arrivée d’un  dangereux client mêlé au passé du motel. Sans parler des histoires de cœurs secondaires ou encore des activités illégales de Dylan qui auront à coup sûr une place importante à l’avenir.

Si la série arrive à maintenir ce rythme au fil des saisons, on est pas prêts de se lasser ! Car pour l’instant, comme tout bonne série, on a qu’une envie : voir l’épisode suivant. Bonne nouvelle, la chaine A&E vient de commander une deuxième saison de 10 épisodes. La série est actuellement en cours de doublage pour la France.

Sylvain.

Note du rédacteur : starstarstarstarstartransparent

Les + :
-une série originale
-un casting étonnant
-un suspens qui se renouvelle

Les – :
-à voir sur le long terme

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *