La Quinzaine des Rédacteurs – mi juin

, Le

Tous les 15 jours, retrouvez ce qui a animé les deux dernières semaines de vos rédacteurs à travers la musique écoutée, les films et séries visionnés, les jeux vidéos joués, les concerts vécus, l’actualité, etc. Une manière de traiter certains éléments que nous n’avons pas eu le temps d’aborder ou au contraire revenir sur ceux qui nous ont marqué. Toujours dans une optique de découverte et de partage !

avatar sylvain 2014Sylvain L. 

Retour en force de notre rubrique blog après quelques mois d’absences dues au manque de temps. D’ailleurs je ne sais pas vraiment si c’est du au manque de temps mais je n’ai pas écouté énormément de nouveaux albums récemment. Récapitulons : il y a bien le dernier Chunk! No, Captain Chunk!, Get Lost, Find Yourself, leur plus accrocheur à ce jour, avec une évolution tout en douceur, suffisamment pour s’ouvrir à un public plus large sans pour autant perdre sa fanbase originale, bien joué. J’aime beaucoup le côté plus émotionnel de certains titres (« The Other Line »), et certains refrains (« Worst Case Scenario ») qui me rappellent le punk-pop d’il y a 10 ans, avec les groupes power-pop comme Sugarcult. C’est mon album préféré.

Ma deuxième grosse écoute aura été Blurryface, le nouveau Twenty One Pilots. Si je ne suis pas trop fan de reggae à la base, ici il y en a beaucoup, et c’est la principale nouveauté de ce disque. Ça passe franchement et à côté il y a des titres cold-wave de folie (« Fairly Local »), des mélodies pop réussies (« Tear In my Heart ») et des ballades à chialer (« Goner). J’ai toujours une préférence pour le disque précédent mais le groupe s’en tire pas trop mal et sort un album de qualité qui les maintient au sommet des « groupes à part ».


Et puis bon, je me suis aussi fait une bonne cure de Frank Carter que ce soit à travers le 1er EP des Rattlesnakes ou encore de Gallows et Pure Love. Tellement hate d’entendre le 1er album de son nouveau groupe.

Vous avez probablement aussi écouté les nouveaux singles de Merge et Our Theory. Alors que j’aimais plutôt bien avant, je n’ai vraiment pas été séduit par les deux groupes. Les cris ne vont pas si bien à Our Theory, et le chant clair, autrefois leur force, sonne désormais bizarre au possible. L’impression d’entendre un groupe générique de metalcore, alors qu’ils avaient un petit plus auparavant. Merge s’en tire un peu mieux avec « Sacré Coeur », mais c’est là encore le chant qui ne me convainc pas totalement même si j’aime bien les chœurs du morceau (qui donnent quand même un côté vraiment sympa au refrain). Bref, après un seul titre, je me laisse encore le droit d’être surpris par la suite.

J’ai débuté tellement de nouvelles séries ces derniers mois, que je vais brièvement vous compiler ce que j’ai découvert de meilleur :

The Last Man On Earth : après une épidémie Phil devient le dernier homme sur Terre façon Je Suis une Légende… enfin presque. Ici pas de zombies à l’horizon, et Phil (le gars) finit bien vite par rencontrer de nouveaux rescapés. Hilarant de le voir se marier avec une moche croyant que c’est elle aussi la dernière femme sur Terre, puis rencontrer la femme de ses rêves juste après. Bref une série drôle et originale sans équivalent, à tester absolument. La saison 1 qui s’est terminée est un pur chef d’oeuvre et une saison 2 a été commandée.

Wayward Pines : un soupçon de Le Prisonnier, une pincée de Twin Peaks, Matt Dillon, un homme se retrouve emprisonné dans une ville peuplée de gens qui font semblant sans trop savoir pourquoi et entourée de remparts infranchissables. Pourquoi se retrouve-t-il ici ? Les remparts sont-ils là pour l’empêcher de partir ou bien d’empêcher quelque chose de rentrer ? Le suspens est à son comble après les 4/5 premiers épisodes, très bon début qui donne envie d’en savoir plus.

Aquarius : on y suit David Duchovny une nouvelle fois dans la peau d’un agent du FBI, accompagné par un jeune flic rebelle, sur les traces du tueur en série Charles Manson. L’occasion d’en apprendre plus sur l’un des plus célèbres psychopathes de notre époque, et également de faire patienter en attendant le revival X-Files.

The Enfield Haunting : une série d’horreur qui reprend les codes du film d’esprit, avec un spécialiste qui vient enquêter dans une maison hantée par un poltergeist. Un seul épisode de disponible pour l’instant, il est bien entendu trop tôt pour savoir si ça tiendra la route sur une saison entière, mais devant l’absence de concurrence sur le petit écran, on lui laisse sa chance. D’autant que ce premier épisode reste assez terrifiant malgré le petit côté déjà-vu.

Niveau console, après avoir terminé une fois et demi Final Fantasy Type-O HD, un très bon jeu malgré des graphismes indignes de la new-gen, je me suis attelé à The Witcher 3: Wild Hunt. J’en suis encore à mes balbutiements comparé à mes camarades de la rédaction, mais je sais déjà que je trouve le jeu graphiquement moyen. Certes, c’est beau, mais pas photo-réaliste. Un peu comme un très beau Zelda en fait, alors que j’attendais un truc différent, surtout après le magnifique The Order. Sinon c’est un peu GTA dans un univers d’heroic fantasy (je me suis aussi fait la comparaison d’un Supernatural au Moyen-Age), avec ce que ça a de forces et de faiblesses. j’ai tellement de choses à faire que je regrette parfois mes jeux couloirs où je ne m’éparpille pas trop. Après l’histoire est assez prenante (c’est mon premier Witcher) et on apprécie donc le plus les missions qui font avancer l’histoire. J’en reparlerai peut-être plus après avoir vraiment bien progressé. C’est de toute façon le jeu qui aura toute mon attention jusqu’à la sortie d’Arkham Knight.

Ça m’a donné envie de lire le premier tome du Sorceleur (le roman dont The Witcher) s’inspire). Les premiers chapitres me rappellent carrément certaines missions du jeu. J’ai également aussi acheté Rue Farfadet, un 1er roman français dans une Paname steampunk, avec un héros qui fait penser à Poet Anderson, le personnage créé par Tom DeLonge. Tout ça est en cours de lecture, j’en reparlerai peut-être davantage à l’avenir.

Je suis aussi allé voir Jurassic World au ciné. Je n’ai pas énormément de choses à en dire. Je n’avais pas vu beaucoup de promo mais j’ai pourtant l’impression d’avoir vu la moitié du film en featurettes sur Facebook (notamment toutes les scènes avec Chris Pratt), un peu frustrant. C’est un peu Jurrasic Park remis au goût du jour, car ça n’apporte finalement rien d’autre, rien de plus. Heureusement le film en est conscient et en joue, multipliant les hommages au film de Spielberg. Divertissant mais avec un petit goût de pas assez. J’espère me prendre bientôt une grosse claque avec Terminator Genisys, même si j’ai un énorme doute. Mais bon, Cameron adore alors…

Tags: , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *