Man of Steel : retour sur les dégâts collatéraux dans le film

, Le

S’il y’a bien un élément qui déchaîne les passions sur la toile concernant Man of Steel, c’est bien sûr la destruction collatérale engendrée par les épiques batailles du film entre les Kryptonniens. Beaucoup aiment, à tort, jeter la faute sur Superman lui-même, se moquant de lui en disant qu’il protège l’humanité en détruisant la moitié d’une ville pendant son combat mais est-ce exact ? Quel est le véritable bilan (fictif) humain de ce grand combat de titans ? Est-ce de la destruction gratuite pour le simple plaisir crétin du grand spectacle ? Zack Snyder répond :

« [Il y a eu] sûrement 5000 personnes, quelque chose comme ça. Je veux dire, j’imagine. C’est horrible de dire ça. Vous ne voulez pas mettre de chiffres là-dessus mais vous devez imaginer qu’il y avait des gens dans ces immeubles et c’est ce que nous avons fait. Je dois avouer que pour moi cela en faisait entièrement partie. Nous pensions « Non, il doit y avoir de vraies conséquences ». Nous avons l’habitude de voir tous ces films de super héros et toutes ces destructions. Je ne veux pas comparer mais si vous regardez Avengers, ils ont tout cassé à New York et personne ne mentionne le fait que des milliers de personnes sont en train de mourir. Pour moi, je pense que c’est pour ça qu’à la fin c’est pesant. Il y a comme de la tristesse à la fin du film. Ce n’est pas juste fun de crasher un avion dans une ville. Il y a un coût humain et je pense que c’est ça qui pèse sur Superman.« 

Comme nous n’avons eu de cesse de le répéter, la destruction massive des quartiers de Metropolis ont davantage un rôle dramatique dans l’ambition des créateurs de cette histoire, pour leur héros. S’il est vrai que le grand spectacle est au rendez-vous et permet de témoigner, enfin, sur grand écran de la force de Kal-EL et de ses pairs, il n’en reste pas moins un drame d’envergure à échelle humaine qui n’a rien de gratuit.

Aujourd’hui, grâce aux bonus disponibles dans les différentes éditions Blu-ray du film, nous vous partageons quelques clichés illustrant l’état des quartiers en question après la bataille finale. Il semble judicieux et pertinent de rappeler que même si Kal et Zod se tapent sévèrement dessus, virevoltant à travers immeubles et bâtiments, le gros de la destruction revient à Zod et sa tentative de terraformation via son hypermachine qui a réduit en poussière une zone entière de Metropolis.

Et c’est sur l’inexpérimenté Kal, qui tente tant bien que mal de limiter les dégâts et d’endiguer la menace, que l’on rejette la faute… Heureusement que cette idée sera justement exploitée dans la suite du film.