Chronique : Dragon Ball Z – Battle Of Gods

, Le

C’est après 18 ans d’absence dans les salles obscures que la saga Dragon Ball fut enfin de retour au Japon en mars dernier avec un nouvel OAV du nom de Dragon Ball Z: Battle Of Gods, un film d’une durée d’1H25 (le plus long des OAV, qui ne durent habituellement que 45 minutes !). Suite à la remasterisation de la saga Z avec Dragon Ball Kai, il était logique de voir un film sortir au cinéma afin d’attirer d’anciens fans et un nouveau public plus jeune.

Synopsis : Quelques années après la disparition de Boo, Bills, le dieu de la destruction, se réveille après 39 ans d’hibernation. Quelques années auparavant, le Poisson Oracle lui avait prédit qu’un puissant guerrier se dresserait contre lui dans exactement 39 ans. Ayant eu écho de la mort de Freezer, Bills décide alors de partir à la recherche de son bourreau, Sangoku, dans l’espoir de tomber sur cialisvsviagracomparison le fameux guerrier de la prophétie du Poisson Oracle.

vlcsnap-2013-10-19-13h55m53s239

Spoil Alert : cette critique pourrait contenir des éléments pouvant être constitués comme des spoils. Âmes sensibles s’abstenir.

Les premières minutes du film commencent avec une discussion entre Maître Kaio et Maître Kaioshin au sujet du réveil de Bills, le Dieu de la Destruction, dont Sangoku ne doit absolument pas entendre parler car il pourrait avoir l’envie de l’affronter. Le début d’intrigue se pose donc dès ces premières minutes, Sangoku apprend l’existence du Dieu de la Destruction et exprime le désir de l’affronter. Il en suit un magnifique plan sur ce dernier, les yeux rêveurs puis le titre du film accompagné d’un bref « Cha La Head Cha La« , le refrain culte de la musique de Dragon Ball. On sent le retour d’Akira Toriyama et de l’attention qu’il porte à ses fans, on remarque même qu’un kanji réapparaît sur le costume de Sangoku, tout comme Végéta qui ressort sa combinaison de combat abandonnée depuis l’ère Cell. Tous les éléments sont rassemblés : la musique culte, un Sangoku toujours fidèle à lui-même, des dessins et une animation juste sublimes et un méchant qui semble super puissant.

vlcsnap-2013-10-19-13h55m41s107

Car oui, Bills est considéré comme le Dieu le plus puissant de l’Univers, il est craint par la majorité des personnages connaissant son existence. Si la moindre chose contrarie Bills, ce sont des galaxies qui disparaissent. Dans le film, ce dernier se réveille après avoir dormi près de 39 ans. Au cours d’une discussion, il apprend la mort de Freezer et ainsi, l’existence de Sangoku qui pourrait être le Dieu Super Saiyen qu’il aurait aperçu dans ses rêves et dont l’oracle lui avait parlé. Son but ne devient rien d’autre que de l’affronter. Si la menace semble sérieuse, l’atmosphère globale du film vient contraster avec cette dernière. En effet, on retrouve cet humour et ce côté décalé propres aux animés japonais. L’ensemble fonctionne relativement bien surtout sur la première partie du film dont la qualité de l’animation et la relative nostalgie qui habite le cœur des fans rendent le tout juste parfait. On retrouve avec joie tous ces personnages avec lesquels nous avons grandi et nous nous laissons aller dans l’histoire.

vlcsnap-2013-10-19-13h57m30s181

En parlant de personnages, tous font une apparition dans le film car un événement important a lieu : l’anniversaire de Bulma qui fête ses … Non je ne vais pas vous gâcher la surprise ! Cette occasion nous donne la possibilité de situer le film dans le temps et il semblerait que les événements aient lieu après la victoire face à Bou mais 10 ans avant l’apparition/la naissance de Oub, ne vous attendez donc pas à voir apparaître ce personnage et la fille de Sangohan et Videl, Pan. Cette histoire prend ainsi parfaitement place dans  la chronologie de la saga. Malheureusement pour nous, trop peu de personnages ont de l’importance dans ce film, l’action se concentre uniquement sur Sangoku, Vegeta, Bills et des personnages intermédiaires comme Trunk, Sangoten, Pilaf et ses acolytes (oui oui) seront présents en second plan suivant une trame qui rejoindra l’intrigue.

Néanmoins, le film est tout de même sujet à de nombreux défauts. En effet, l’une des premières choses qui frappe est le fait que Bills ne soit finalement pas un personnage maléfique qui menace de manière concrète Sangoku et ses amis. Bien sûr, l’avenir de la Terre n’est pas certain mais l’intrigue est développée d’une manière qui laisse le film plat et sans véritables enjeux. L’humour omniprésent créé des situations assez décalées et hilarantes mais tend aussi à gâcher l’expérience donnant peu de crédibilité aux personnages et à l’histoire. Le public japonais a du être ravi, les occidentaux un peu moins. Cependant, ne nous méprenons pas, Bills reste tout de même un opposant qui possède une puissance redoutable. Lors de sa première confrontation avec Sangoku, il met à terre le Saiyen avec une facilité déconcertante et ce sont relativement tous les personnages qui vont se faire battre aisément par Bills, notamment lorsque ce dernier se retrouve enfin irrité par les événements. Les combats sont brefs mais intenses. Dragon Ball Z est de retour dans toute sa splendeur.

vlcsnap-2013-10-19-14h03m31s204

Puis vint enfin le moment que beaucoup attendait avec impatience, le combat final entre Sangoku et le Dieu de la Destruction qui permettrait enfin de voir la nouvelle transformation portant le nom de « Dieu Super Saiyen« . Son apparence n’est guère originale et beaucoup y verront une ressemblance au mode Kaioken à la seule différence qu’il s’agit d’une version plus colorée. Le point le plus décevant au sujet de cette transformation concerne les moyens utilisés afin de l’obtenir. On se retrouve avec une sorte de moralité légère autour de l’amitié chassant ainsi l’épique qui aurait pu constituer une telle scène. Cette moralité ne sera d’ailleurs pas acceptée par Sangoku qui avouera être déçu d’avoir eu besoin de ses amis afin d’atteindre cette transformation.

vlcsnap-2013-10-19-14h04m44s163

C’est dans son combat avec Bills qu’il exprimera cette volonté de se battre seul et de ne pas dépendre de ses amis et je dois avouer que l’effet est là, l’acharnement et la volonté de Sangoku sont visibles dans chacun de ses mouvements et dans sa fureur pour battre un ennemi surpuissant. Il en résulte un combat vraiment intense qui sera accompagné d’une musique pouvant, pour certains, gâcher le tout.

Malheureusement, ce combat se terminera d’une manière logique qui nous laissera sur notre faim. Je préfère ne pas en révéler plus afin de ne pas vous gâcher le final.

vlcsnap-2013-10-19-14h08m05s134

En conclusion, que dire de ce film ? La majorité des éléments nécessaires à la création d’un bon Dragon Ball sont bien là : ennemis puissants, personnages charismatiques, humour et combats intenses. Cependant, la « fâcheuse » manie des Japonais à fournir un animé dont l’humour est omniprésent a tendance à adoucir considérablement la tonalité du film. Ce film semble s’adresser majoritairement à un public très jeune tant par sa légèreté que son aspect ultra édulcoré mais si vous avez gardé une âme d’enfant, il devrait vous satisfaire également.
D’un point de vue personnel, je dois avouer avoir eu un avis mitigé sur ce film après un premier visionnage. J’étais déçu du manque d’intensité et d’enjeux mais j’étais cependant ravi de retrouver cet univers auquel j’ai toujours tenu. Si vous êtes fan de Dragon Ball, je ne peux que vous conseiller de regarder ce nouveau film.

Note du rédacteur : etoile3edemie

Khamhui.

Les + :
– Le retour de Dragon Ball
– Les combats intenses
– L’humour

Les – :
– L’univers beaucoup trop édulcoré
– Bills qui n’est pas maléfique
– Le manque d’enjeux