Patrice Désilets, le créateur d’Assassin’s Creed, poursuit Ubisoft

, Le

Patrice Désilets, le créateur d’Assassin’s Creed, a décidé de poursuivre Ubisoft suite à son licenciement en mai dernier. En effet, celui qui avait été sommé de quitter les locaux d’Ubisoft, sans même pouvoir dire au revoir à ses collaborateurs, avait annoncé qu’il se battrait jusqu’au bout pour faire valoir ses droits.

La véritable raison serait que THQ, société alors en faillite (Patrice avait quitté Ubisoft une première fois en 2010 pour désaccord créatif), aurait octroyé trop de pouvoir à Patrice Désilets sur son jeu 1666:Amsterdam, des droits qui « avaient été accordés par une personne désespérée« , selon des propos qu’aurait tenu Yves Guillemot, le PDG d’Ubisoft. Lorsque Ubisoft a racheté THQ, ceux-ci ont voulu limiter le contrôle de Patrice en lui proposant de nouveaux termes que celui-ci a refusé, entraînant son licenciement.

Cependant, la raison officielle invoquée est que Patrice devait rendre un « protoype acceptable » de son jeu avant le 30 juillet 2012 et ne l’aurait pas fait. Patrice affirme pourtant qu’il a bien livré son jeu dans les délais et en veut pour preuve la suite de son développement après la date du 30 juillet 2012 et ce jusqu’à son licenciement en mai 2013. Mr Guillemot lui aurait même dit qu’il « aimait 1666: Amsterdam et qu’il voulait procéder à son développement« .

Aujourd’hui Patrice Désilets demande :

  1. La possession totale de 1666.
  2. Salaire, vacances, et paiements additionnels dus à la date du 7 mai, jour de son renvoi.
  3. Un an de salaire pour le licenciement.
  4. $25,000 pour déménager et chercher un travail.
  5. $5,000 de frais d’avocats.
  6. $100,000 pour dommages moraux causés à sa réputation.

Affaire à suivre, même s’il semble que la seule façon que Patrice récupère son jeu soit qu’Ubisoft décide de l’annuler.

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *