12012 : extraits du prochain EP, THE SWAN

, Le

Aujourd’hui, nous vous proposons une compilation des extraits du prochain EP des Japonais de 12012 (visual kei/death mélo/métal progressif), prévu pour le 11 septembre 2013. Ce nouveau disque, THE SWAN, contiendra 5 pistes entièrement inédites.

Pour les néophytes, 12012 est une formation qui se pose à l’heure actuelle comme l’un des derniers survivants de la génération « 2000 » du visual kei. Entendez par-là une nouvelle génération arrivée au début de la précédente décennie où sont nés des groupes au son résolument différent des standards underground de l’époque où les principales influences étaient issues de mouvements comme le glam-rock, le heavy metal old-school, le post-punk, la new wave et cold wave et le mouvement méconnu positive punk (MADAME EDWARDA).

La génération « 2000 » débarque donc avec des tonalités brutalement différentes sans pour autant renier leur héritage musical. S’y côtoient des mouvances et différents styles de musique rock comme la vague grunge, néo-métal, punk hardcore, métal industriel, rock gothique et rock indé… Des noms tels que D’espairsRay, kagerou, Gullet, UnsraW, emmuree, Rentrer en Soi, deadman, Merry, Karimero, MUCC, kaggra ou encore DEATHGAZE, lynch et évidemment 12012 ont aidé à la popularité de ce renouveau de la scène japonaise underground.

S’appuyant sur les standards de l’époque à leurs débuts, 12012 se lance avec une série de disques (singles, albums) où le son s’apparentait à un rock sec et martial où une froideur résolument industrielle distillait assez de mélodies pour favoriser un aspect hostile mais néanmoins accrocheur. Évoluant au fil de leur carrière vers des contrées plus punk et pop/rock laissant une partie de leur public mitigée avec leur second album DIAMOND où leur son rock puisait ses inspirations chez Nirvana, les Red Hot Chili Peppers, The Back Horn ou les studs, puis assassiné sur leur troisième album MAR MAROON avec une pop catchy et rose bonbon.

Ils reviennent définitivement en 2010 avec un quatrième album baptisé SEVEN, considéré par beaucoup comme la renaissance d’une bande mourante dans les méandres de la musique pop calibrée pour les supermarchés. Ce nouveau disque laisse apparaître un nouveau visage de la formation qui y livre un son beaucoup plus musclé et agressif, où le son rock côtoie celui du métal dans un univers sombre que certains de leurs auditeurs considèrent (à tort) comme un retour aux sources.

A tort, oui, car 12012 plutôt que de regarder en arrière et de se reposer sur des bases acquises en début de carrière décide de prendre un virage à 120° pour un style musical définitivement plus viscéral et violent que leurs premiers efforts aux allures de rock industriel influencé par la vague de Marilyn Manson et D’espairsRay.

La bande se sépare de Suga Yusuke, un des guitaristes, en 2010 pour orientation musicale divergente selon les rumeurs les plus crédibles.

Virage confirmé en 2012 où la bande livre un album éponyme sorti de nulle part et s’imposant comme un des disques les plus authentiques de la scène rock du Japon de l’année, distillant une poésie noire à travers des nappes de chant guttural, des lignes de guitare techniques au groove pachydermique. Les sorties depuis cet effort éponyme continuent à s’appuyer sur ses mêmes bases en apportant suffisamment de frais à chaque sortie pour éviter le piège de la redondance et de la suffisance. S’inspirant au loin des récents travaux des vétérans Dir en grey, pour un son oscillant entre un métal progressif et un groove metal aux allures death mélodique définitivement assumées, 12012 est clairement une formation visual kei qui incarne le mieux, aujourd’hui, la fougue et la rage de la génération « 2000 » du mouvement.

Vestige d’une époque révolue qui a su se réinventer intelligemment sans vendre sa franchise ni son honnêteté, 12012 impose un certain respect auprès de ses pairs tant la bande démontre que le visual kei n’est pas uniquement une affaire de groupes éphémères composés de travestis outranciers entre le manga poussif et le mauvais goût au son produit débordant de kitsch où les claviers mignons dansent avec les vocoders et voix nasillardes sur fond de mélodie niaise.

12012, avec son identité de groupe borderline entre visual kei et post-visual kei, incarne l’essence de son mouvement de naissance quand celui-ci, il y’a 15 ans, possédait encore de la hargne et des revendications sociales liées au mal être de la jeunesse d’une société fasciste et mécanisée souffrant encore de nos jours de son autarcie des siècles précédents.

THE SWAN, le nouveau disque de 12012 à paraître sera l’occasion pour le combo de mettre en avant leur nouveau guitariste, Satou Shinichirou, fraîchement intégré à la formation.

Le groupe au nom de l’article du code pénal californien concernant le port d’armes létales, étant l’un des plus authentiques et convaincants du moment, ce que l’on peut espérer c’est un retour très prochainement sur une scène française après plus de 7 ans d’absence sur le territoire francilien.