Bring Me The Horizon : That’s The Spirit, notre track by track

, Le

En attendant notre chronique qui débarquera très prochainement dans nos pages au sujet de l’album Rock événement de l’année, That’s The Spirit de Bring Me The Horizon, nous avons eu le privilège de poser longuement nos oreilles sur ce nouvel album des Britanniques et vous proposons d’en parler en piste par piste. Après tout, on ne s’appelle pas « House of Wolves » pour rien !

Dans un souci de vous laisser la surprise (presque) intacte lors de la découverte de l’album, nous n’entrerons pas dans tous les détails. Évitons donc de trop vous spoiler, d’autant qu’on sait à quel point vous l’attendez cet album et honnêtement… il y’a de quoi.

1. Doomed

La piste démarre lancée par un beat electro et se dévoile de manière plus progressive dans la plus droite lignée de « Can You Feel My Heart ». Lente mais percutante, sur cette ouverture le champ est laissé libre aux samples et à la fois écorchée d’Oliver Sykes dont la volonté de mettre le texte qui y aborde douloureusement les addictions aux drogues est plus prononcée que jamais.

2. Happy Song

Certainement l’une des chansons les plus violentes de That’s The Spirit, n’en déplaise à certains. Elle possède absolument tous les éléments d’un tube Rock en béton armé, que ce soit par la force de frappe de la piste instrumentale ou les chœurs féminins entraînants qui font déjà leurs effets « stade » en concert et le refrain catchy.

3. Throne

Impossible d’en dire plus qu’il n’en n’a déjà été dit. Ses airs de « Faint » de Linkin Park avec un refrain simple à retenir et à scander en font une chanson radiophonique imparable. Bring Me The Horizon sort cette chanson le mois dernier et le constat est que tout le monde la connaît déjà par cœur (en témoigne leur concert du Reading), tout est dit quant à la puissance de ce tube.

4. True Friends

Le tempo s’accélère, sur cette piste dans un esprit plus metalcore qui fait le lien parfait avec le précédent album Sempiternal, toujours avec cette dimension propre à That’s The Spirit, dans le souci d’assurer des parties complètement calibrées pour être reprises en chœur par la foule. Aussi taillée pour le live que « Throne » et « Happy Song ».

5. Follow You

La tension retombe pour ce que l’on peut considérer comme la véritable première ballade de l’album, parlons même proprement de power-ballad. Ambiance plus pop et chant clair intégral avec un feeling ancré dans l’esprit d’un Linkin Park sorti de son album Living Things, son refrain puissant saura vous accrocher et les notes plus aiguës dans le chant d’Oli vous surprendront alors que les notes très présentes du synthé de Jordan Fish plaquent une ambiance épurée et envoûtante.

6. What You Need

Retour d’un son plus musclé pour cette sixième piste qui crache un gros Rock acéré et puissant. « What You Need » se pose comme l’une des pièces les plus organiques de l’album avec un retrait des samples et de la dimension électronique de la musique de Bring Me The Horizon au profit d’un pur Rock puissant et ravageur qui sent bon la sueur et la voix enraillée sur son refrain intense, les fans de Foo Fighters vont adorer.

7. Avalanche

Une chanson qui plaira et parlera aux inconditionnels des premiers THIRTY SECONDS TO MARS, dans le même esprit que la piste précédente avec le souci d’offrir un son plus authentique et moins appuyé par les machines et claviers.

8. Run

Avec « Run », Bring Me se paie une entrée en matière qui pourrait dérouter avec un sample vocal machinal et déformé par les machines pour une chanson misant sur une ambiance plus lourde que le reste de l’album sans pour autant sacrifier sa dynamique pop. Un aspect plus industriel se fait ressentir avec une pesanteur instrumentale presque stoner qui s’estompe derrière les mélodies électroniques et un refrain hurlé percutant. Le groupe y laisse entrevoir une facette plus sensible de sa personnalité. Oli Sykes s’y illustre comme fragilisé et écorché dans son chant.

9. Drown

Vous la connaissez déjà par cœur, la nouveauté de la version album réside principalement dans son mastering afin de coller au son général de That’s The Spirit.

10. Blasphemy

Typiquement la chanson taillée dans la roche du « rock stadium », qui n’a rien à envier à une chanson du groupe de Jared Leto, « Blasphemy » va vous parler directement si vous aimez les rythmiques percutantes du hard rock moderne parfois à la limite du post-grunge. Les chœurs samplés à la manière d’ « Happy Song » apportent un cachet supplémentaire sur l’ambiance sublimée par un solo de guitare envoûtant.

11. Oh No

La clôture de l’album est dans la lignée directrice de ce That’s The Spirit : Rock. Grandement influencée par les sons de U2 et du Linkin Park de Minutes to Midnight, « Oh No » est une chanson claire qui prendra, à mon sens, une envolée incroyable auprès de la foule en live. Ses chœurs taillés pour la scène et sa rythmique enjouée en font une conclusion toute en énergie positive.

C’est d’ailleurs ce dernier qualificatif que l’on retient à la sortie de l’écoute de ce très surprenant That’s The Spirit : énergie positive. De « Doomed » à « Oh No », Bring Me The Horizon vous a préparé un des albums Rock les plus solides de la décennie, une véritable fabrique à hits où chaque piste possède le potentiel d’un single. Suivant les pas de Linkin Park, U2 ou Foo Fighters le groupe assume désormais sa dimension Rock de Stade mais quel mal à puiser ses influences dans le haut du panier ? That’s The Spirit s’annonce clairement comme l’album Rock de l’année et restera sur son trône pendant un long moment, s’inscrivant comme l’équivalent de leur propre Black Album, et présente un groupe mûri, adulte et grandi de toutes ses expériences de vie. Le nouveau Bring Me The Horizon se dépeint comme un groupe qui en a beaucoup bavé humainement mais qui a trouvé son salut et son apaisement, le faisant partager à son public l’invitant lui aussi à aller de l’avant et à voir les choses sous un angle plus positif. C’est ça l’esprit Bring Me, aujourd’hui.