Chronique Flash : All My Memories – Legacy

, Le

C’est une vérité établie et difficilement réfutable, la France possède une lourde scène métal et hardcore depuis quasiment 20 ans, une scène qui brille par sa richesse d’influences. Les parisiens d’All My Memories ne dérogent pas à la règle avec leur premier album Legacy. Le constat est rapide avec l’art-cover du disque et les premières sonorités dégagées dès le début : L’album sera chaotique ou ne sera pas. Si la cover de Legacy laisse transparaître un monde dévasté où la civilisation a laissé place aux droits de la nature, à la manière de Barjavel dans son Ravage, il est intéressant d’entendre que la musique créée s’inscrit dans cette même démarche. Les ingrédients de leur musique imposent un siamois de métal aérien  et d’hardcore aux breaks destructeurs créant un univers réellement violent et oppressant grâce à la voix gutturale d’Arnaud parsemé de gimmicks plaintives et de passages instrumentaux clairement « post-[insérez mention de votre choix] » qui entrouvrent une part belle à la sensibilité et à la contemplation. Si la recette principale se répète tout au long des 12 chansons, sans compter l’introduction, All My Memories ont le bon goût de proposer une efficacité à toute épreuve appuyée par une production écrasante et de qualité, par des chœurs traditionnels hardcore et old-school ravageurs et notamment une collaboration où la voix d’Here comes a new Challenger (deathcore) vient se poser sur un « Redemption » dérangé et dérangeant. All My Memories ne révolutionnent pourtant en rien la scène metalcore dans laquelle ils s’inscrivent, les pistes s’enchaînent avec ambition mais sans prétention, avec envie et hargne. Car si l’on peut reprocher un aspect au premier album des parisiens, c’est son classicisme certain imposant une redondance sur la longueur, mais pardonné car exécuté avec une réelle classe. Est-on en droit de reprocher à nos français d’assumer leurs influences ? S’il est vrai que la forme représente des sonorités classiques du milieu, le fond quant à lui est une originalité à sang pour cent où un background post-apocalyptique côtoie la fureur de musiciens couplée à une sensibilité claire et assumée. Sans, non plus, partir dans le larmoyant de bas-étage, All My Memories assume un héritage de musique hardcore et livre de la rage à fleur de peau, une rage insoupçonnée au premier abord et donc agréablement surprenante. Legacy s’impose donc comme une belle surprise française de 2013, un disque assumant son héritage hardcore et surtout un disque qui se savoure et s’apprécie au fil des écoutes tant son univers se dévoile à l’auditeur et sa sincérité charme grâce à des hits en béton tels que « Last War », « Pitch Black », « Redemption », « Aïtachi », ou leur étonnant titre éponyme « Legacy ».

Note du rédacteur :

Lelouch