Chronique Flash : Green Day – Revolution Radio

, Le

Que faire après s’être offert une seconde carrière et un nouveau public avec un album qui aura marqué son temps (American Idiot pour ceux qui ne suivent pas) ? Lui offrir une suite officieuse, c’est fait, elle s’appelle 21st Century Breakdown. Composer en masse des titres un peu trop garage et faciles ? Fait aussi avec la décevante trilogie, Uno Dos Tré. Simplement être soi-même et se faire plaisir ? Bingo ! C’est ce qui ressort de Revolution Radio, un côté simple et authentique, qui renvoie autant au passé punk du groupe avec des titres parmi ses plus rapides comme l’old school «Bang Bang », « Bouncing Off The Wall » ou « Revolution Radio », qu’à des albums moins médiatisés/reconnus comme le pourtant très bon Warning, sur lequel la bande se laissait aller à intégrer plus de pop et de folk. Ton donné dès l’intro magnifique de « Somewhere Now », le début de « Still Breathing », avec la ballade acoustique finale « Ordinary World » (composée pour le film du même nom dans lequel Billie Joe Armstrong a le 1er rôle) et le grandiloquent « Outlaws », qui conserve le côté opéra-rock cher au groupe. Green Day calme parfois un peu le jeu, pour mieux le faire repartir. Au milieu de tout ça, un bon paquet de titres punk-rock excellents (« Too Dumb To Die »), avec un travail de guitare/batterie remarquable et des refrains qui font mouche, dont on adore la façon qu’ils ont de mixer les tempos et l’électrique/acoustique (« Forever Now »), et desquels se démarque notamment la mélancolique « Troubled Time » ! Véritable best-of de ce que le groupe a fait de mieux, de ses débuts punk modestes, en passant par l’expérimentation pop/folk de Warning et ses plus grands succès politisés, Revolution Radio, entièrement autoproduit, fait preuve d’une extrême maîtrise et une efficacité sans faille, dans le fond comme la forme. De quoi nous réconcilier, vraiment.

Sylvain L.

Note du rédacteur : etoile4

Tags: , , , , , , ,

Une réflexion au sujet de « Chronique Flash : Green Day – Revolution Radio »

  1. Thibault

    Je suis pas forcément d’accord avec cette critique, dans le sens où cet album souffre de grosses faiblesses avec une deuxième partie d’album beaucoup moins intéressante que la première, et des chansons qui font assez « remplissage ». On a quand même de belles surprises qui font oublier la trilogie qui était trop formatée et assez décevante dans l’ensemble, sans pour autant renouer avec la créativité d’American Idiot. Ça se laisse écouter.

    PS : je suis le plus grand fan de Green Day ever, donc croyez-moi que ça m’arrache la gueule de dire ça hahaha

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *