Chronique : Merge – Ineffable

, Le

Si le premier album de Merge ne manquait pas de qualités, il avait du mal à se démarquer complètement de la masse de groupes -core qui pullulent depuis quelques années. Si les premiers singles de Ineffable témoignaient d’un changement de direction pour un rock plus alternatif, toujours baigné dans le post-hardcore, et désormais cette-fois accompagné d’un chant des plus angéliques en la personne de Max Rodriguez-Medallo (ex-Crown Cardinals), rien ne nous laissait présager de la véritable bombe que le groupe s’apprêtait à larguer. Les deux parties mettant de côté leur penchant metalcore, ont décidé d’explorer pleinement le côté mélodique de leur musique, grand bien leur en a pris ! Plus de breakdowns so 2016 et de risecore, la bande (mixée par Nicolas Delestrade, NDSE Recordings) puise ses influences dans l’emo et le post-hardcore du début des années 2000, dans les groupes qu’ils citent comme influence depuis le début (Thursday, Thrice, Underoath, Envy), dans le son qu’on espérait finalement retrouver lorsqu’on les découvrait sur le papier.

Si les morceaux les plus classiques donnent dans un rock alternatif entre Saosin (Anthony Green est une grosse influence de Max) et les morceaux les plus calmes de Bring Me The Horizon, comme « Soaring », « The Exit » (qui bénéficie sur l’album d’un mix bien plus pêchu que le vidéoclip précédemment sorti), le punk-rock de « Bloodstream » ou « Recovery », c’est finalement sur les morceaux les plus atmosphériques aux ambiances folles, avec un synthé pas en reste, que l’on prend une très grosse claque : les passages envoûtants de « The Password », l’excellente « Ineffable » avec son pont à vous flanquer des frissons, entre les susurrements/cris d’Oli Sykes (BMTH) et la voix de tête de Stephen Christian (Anberlin), ou le petit chef-d’œuvre de pop-ambient « Mirage », au piano/beatbox/electro avec un côté twenty one pilots et un chant de très haute volée parfaitement maîtrisé.

Oubliez ce que vous pensiez connaître de Merge ou Crown Cardinals, l’ensemble est tellement bien écrit qu’à aucun moment vous ne soupçonnerez l’origine française du quintet (la mélancolique « Helen », avec son refrain qui prend aux tripes, aurait pu être écrite par Chiodos), j’ai même envie de dire que Merge entre désormais dans la cour des grands (et enterre au passage le dernier Saosin), dans ce que les États-Unis font de meilleur, et offre à la France le groupe du genre qui lui manquait tellement (même si le premier Our Theory s’y essayait déjà).

En prime, une reprise du tube « Heathens » de twenty one pilots dans une version piano/voix dont le succès n’est plus à démontrer, et qui, si la présence au premier abord pouvait laisser sceptique, s’intègre finalement parfaitement dans la nouvelle facette piano-rock de la bande.

Le groupe terminera en beauté avec « In Details III – Futari No Machi », un long morceau entre post-rock ambient et rock instrumental de presque 6 minutes, d’un air simple mais entraînant, avant un long final au piano.

Merge nous livre avec Ineffable une performance impressionnante et envoûtante, un son dans l’air du temps qui vous rendra pourtant terriblement nostalgique. Moins un changement qu’un véritable retour aux sources, vers les artistes qui l’ont fait et inspiré, Ineffable est probablement le plus beau disque français sorti cette année (et même depuis longtemps – on se souvient les regrettés Curtiss), maîtrisé de bout en bout et d’une ambition rare. Indispensable.

Sylvain L.

Note du rédacteur : etoile5

Les + :
– le chant tout bonnement exceptionnel
– les progrès à tous les niveaux, chaque titre étant un tube tout en évitant d’être formaté
– une ambiance onirique grâce au piano/synthé qui fait entrer le groupe dans une nouvelle dimension

Les – :
– je n’en vois pas, sincèrement !

1. The Exit
2. The Password
3. Soaring
4. Ineffable
5. Mirage
6. Bloodstream
7. Helen
8. Heathens (originally performed by twenty one pilots)
9. Recovery
10. Face it Now
11. In Details Part III – Futari no michi

Tags: , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *