Chronique : Vampires Everywhere! – Ritual

, Le

L’avantage de faire partie intégrante d’une équipe comme House of Wolves, c’est de se lever le matin et de découvrir tout un tas d’artistes et de morceaux grâce à ses membres. Aujourd’hui, place à Vampires Everywhere! et leur album Ritual, découverts par notre co-créateur Julien-K. Rapidement résumée par un croisement entre Manson et The Used, cette formation à la base plutôt orientée post-hardcore s’est vue redirigée, pour notre plus grand bonheur, vers une sorte de rock gothique/metal industriel bien plus mature et surtout moins mainstream. Les influences se faisant plus nombreuses et plus élaborées que les deux citées ci-dessus, nous allons passer en revue cet album au potentiel monstrueux.

We hope, we hate, we suffocate, we prayed, we lie, we live, we die‘. Le ton est donné sur une aura très proche de ce que pouvait nous offrir un The Golden Age Of Grotesque de l’époque, auquel on y aurait rajouté un synthe symphonique, une batterie surpuissante et une production qui permet déjà à cette vulgaire « Intro » d’annoncer un album aux atouts sonores non négligeables. Les deux premiers vrais morceaux, « Black Betty » et « Perfect Lie » , se parfont d’une ambiance industrielle que ne renierait pas un certain Rob Zombie, et se veulent même parfois très proches d’un Black Light Burn dans l’esprit et par moment. Autant dire qu’il s’agit là de parfaits singles et de deux morceaux puisant toute leur force dans ce mélange un peu contre-nature qu’est la pop metal. Pop metal, car avec une certaine retenue dans le chant clair, cotoyant de près l’horror-punk et partant donc très facilement dans la saturation, Ritual se voudra au final assez gentillet de ce côté là, et c’est tant mieux puisque c’est exactement ce qu’on en attend.

La comparaison avec The Used pourrait paraitre hasardeuse à première vue, surtout en citant le Pale Emperor à ses côtés, mais le clean parfois très emo ne pourrait confier aux morceaux « Ghost inside my head » et « Demon inside of me » autre chose qu’une caractéristique easy-listening. D’ailleurs, notre Révérant n’a pas que grandement influencé le chanteur qui se cache derrière le micro de Vampires Everywhere!, mais cela s’entend aussi très facilement sur la structure et les sonorités de « American Nightmare » qui vous rappellera dès les premières secondes un certain « mOBSCENE » sans grande difficulté. Difficile de nier une certaine ressemblance, voire même une grosse resucée d’un titre qui ne passe pas aperçu. On oubliera tout ceci en écoutant les deux titres « Violent World » et « 9 Lives » , plus inspirés et plus personnels.

Reste le morceau de clôture « Truth in you » , auquel je n’ai pas grand chose à redire sinon qu’il s’agit d’un bon morceau plus soft que les autres et magnifié par des choeurs plutôt sympa ; morceau qui aurait pu facilement se fondre dans un Eat Me, Drink Me mais, et surtout, à mes yeux, le meilleur titre de Ritual, « Take me to church » , retake de Hozier. Je ne saurais dire s’il s’agit du titre qui me fait énormément penser à un des deux premiers albums de My Chemical Romance ou si le morceau entier dégage un quelque chose so emo années 2003/2004, mais, bordel, quelle ambiance ! Une quasi-minute d’introduction mélancolique façon Chris Motionless (Motionless in White), où les ‘amen, amen’ cassent la structure avant un refrain dans la pure veine d’un Three Cheers, sans compter une participation aux screams d’Alex Koehler. Si sur le papier, le featuring donne envie, le hurleur des Chelsea Grin aurait du, selon moi, s’abstenir plutôt que de prêter une voix aussi fatiguée. Heureusement, celui-ci n’y figure qu’une dizaine de seconde et s’oubliera rapidement.

Bourré de bonnes idées, ce nouvel album des Vampires Everywhere! offre au groupe une nouvelle orientation bien plus personnelle, alors espérons qu’ils continuent sur ce chemin là et que les ventes suivent pour les encourager à poursuivre ces nombreuses influences. On ne demanderait qu’une petite chose : essayer, la prochaine fois, de se séparer de ce patchwork bien foutu pour quelque chose de vraiment unique. Parce que ce Ritual est non seulement un bon album, mais aussi un album bien foutu du début à la fin, il est un peu regrettable d’y avoir déjà entendus, pris à part, les éléments musicaux le composant. Quoi qu’il en soit, je vous invite vraiment à y jeter une oreille. Il y aura forcément un morceau qui vous plaira.

Void.

Note du rédacteur : etoile4

Les + :

  • Une base rock gothique/metal industriel couplée à de belles influences…
  • … qui donnent à l’ensemble un séduisant côté pop metal
  • Pas un titre en dessous de l’autre !

Les – :

  • Pris à part, les éléments musicaux ont déjà été entendus
  • Les prises de voix d’Alex Koehler, ratées, tout simplement.

01. Intro
02. Black Betty
03. Perfect Lie
04. Interlude
05. Ghost inside my head
06. Take Me to Church (feat. Alex Koehler of Chelsea Grin)
07. Demon inside me
08. Violent World
09. 9 Lives
10. American Nightmare
11. Truth in you