Chronique : Rise of the Northstar – Demonstrating my Saiya Style EP

, Le

Afin de fêter la sortie prochaine de leur premier album, actuellement en cours d’écriture, House of Wolves et moi-même vous proposons dès à présent de découvrir ou redécouvrir Rise of the Northstar, ou ROTNS pour les intimes, avec la chronique de leur dernier EP en date, Demonstrating my Saiya Style, disponible depuis l’année dernière.

Jeune formation de HxC originaire de Paris, formée en 2008, ROTNS se caractérisent eux-même comme du « JAPANESE YANKEES THRASHXC ». Nos 5 gaillards puisent leur essence musicale dans le hardcore New Yorkais des 90’s et leur univers dans la sous-culture Japonaise qu’est le Manga. Adepte du FURYO STYLE, le concept du groupe provient du chanteur, Vithia aka « Super Vegithia », soutenu par les guitaristes Brice aka « エヴァンゲリオンBrice », Erwan aka « Mazing Erwan », ainsi que le bassiste Fab aka « Sango Fab » et le batteur Kevin aka « Hokuto No Kev ».

Rise of the Northstar se marginalisent donc des autres groupes de la scène hardcore par des sonoritées puisées dans le HxC, le thrash, le metalcore, et même la culture hip-hop, ainsi qu’un concept japonisant poussé à l’extrême, allant des sous-titres japonais de leurs clips, à des visuels made in Japan, et surtout, des tenues de scènes gakuran.

La scène hardcore française, qui, contrairement à la scène américaine, est loin d’être remplacée par la proéminence des groupes metalcore et deathcore, peut-elle encore nous réserver de jolies surprises, alors que sa tête d’affiche se résume depuis de nombreuses années aux mêmes noms? Et bien la réponse est OUI, preuve en est avec la montée en puissance de ce groupe-ci.

Demonstrating My Saiya Style est, certes, un concentré de rage et de violence brute, mais cette violence est supportée par un univers fort d’une certaine cohérence, de musiciens de talent, mais, et surtout, d’une excellente (auto)production.

Lancé par une intro narrée par Eric Legrand, doubleur français de Bejita lui-même, « Bejita’s Revenge » nous met dans le bain dès les premières secondes, et la fin scandée par le groupe nous prépare d’ores et déjà à du lourd, du très lourd. « Sound of Wolves », première salve, se révèle être LE titre de l’EP. Direct, incisif, mais surtout catchy, c’est un titre simple mais efficace, qui nous en balance plein la gueule du début à la fin, de quoi annoncer la couleur des 13mns nous séparant de la fin des titres restants.

S’enchainent « Show Me Your Respect », se rapprochant des sonorités de leur tout premier EP Tokyo Assault, à savoir un beatdown énergique et ultra puissant associé à des mosh fatals; ainsi que « Against All », l’un des titres les plus enragés de cette galette, et l’occasion de réunir breakdowns de folie et solo de tueur, soutenus par un chant des plus furieux.

Se terminant sur « Demonstrating My Saiya Style » au refrain puissant et entraînant, et étant pour moi le titre le plus réussi du groupe, l’EP se clôture sur une très bonne note.

« Protect ya chest », bonus track de son état, ne nous surprend que peu avec son côté hip-hop très présent et ses breakdowns incessants. Une composition classique et basique du groupe, mais qui a le mérite d’être présente et d’augmenter la durée du cd.

Parce que oui, au vu de la qualité des titres, 19mns, dont une intro, auxquelles on peut y ajouter un peu moins de 5mns de bonus track, c’est court. Très court. Trop court!

Mais avec ces 5 titres, Rise of the Northstar nous démontrent qu’ils ont su trouver leur voie depuis leur demo et leur premier EP emprunts à un beatdown qui, malgré tout, ne se renouvelle qu’assez peu, et pourrait nous effrayer sur la longueur d’un full. Cependant, grâce à leur fond thrashy et catchy, on peut s’attendre à un album de folie, puissant, cohérent, mais, et surtout, mis au monde avec passion. RDV d’ici quelques mois pour voir si l’avenir me donne raison…

 

Note du rédacteur:  etoile4

 

Les + :
– L’intro, d’une putain de classe
Un aspect catchy et un hymne au HxC old school…
– Un EP au son incisif.
– Autoprod de très bonne qualité
– BRING BACK THE FURYO STYLE !

Les – :
– Trop court, on en redemande
…mais qui ne se renouvelle malheureusement que trop peu.