Interview Exclusive : Agnostic Front

, Le

Entretient par mail avec Mike Gallo à l’occasion du nouvel album d’Agnostic Front The American Dream Died sorti le 7 Avril 2015 sur Nuclear Blast. Il nous explique entre autres les thèmes de l’album, ce que le remplacement de guitariste a impliqué dans la composition et la tournée européenne prochaine.

HOW : Salut Mike, merci de nous donner un peu de ton temps, comment vas-tu ?

Mike Gallo (basse) : Ça va super, merci de demander. Ça va être une super année.

HOW : Agnostic Front vient de sortir son nouvel album The American Dream Died le 07 Avril en France. Quand avez vous décidés qu’il était temps d’enregistrer le successeur de My Life My Way ?

Mike Gallo : Nous travaillons sur cet album depuis plusieurs années. Nous avons perdu notre guitariste pendant le processus (Joseph James, remplacé par Craig Silverman), ce qui nous a fait prendre plus de temps que nous le souhaitions. Ça a vraiment changé la dynamique de l’album. Nous avons fini par abandonner beaucoup de morceaux après que Craig ait rejoint le groupe. C’était quasiment comme repartir de zéro.

HOW : C’est un nouveau superbe album d’Agnostic Front. Quel était l’esprit pendant l’enregistrement ?

Mike Gallo : Je peux dire que nous étions énervés sur ce qu’il ne va pas aux États-Unis. Notre état d’esprit désabusé est passé à travers la musique. Si vous avez écouté l’album vous savez de quoi je parle.

HOW : Peux-tu nous en dire plus sur les thèmes de l’album ?

Mike Gallo : Nous avons pris le thème de l’album sur ce qui ne va pas dans ce pays à partir du morceau titre « The American Dream Died ». Tout, de la violence policière à notre gouvernement corrompu nous saigne à blanc. Mais nous avons touché à quelques autres thèmes. « Just Like Yesterday » raconte le récit et l’histoire du groupe. De tous ces amis que nous nous somme fait et que nous avons perdu sur le chemin et toutes les bonnes personnes que nous avons rencontré en voyageant dans le monde. « Old New York » parle de la gentrification et de comment cette ville a changé dans le mauvais sens. Comment elle a été dépouillé de sa culture, repoussant la classe moyenne et rendant plus dur la vie d’artistes et de musicien là-bas.

HOW : Freddy Cricien (Madball), Toby Morse (H2O), Lou Koller (Sick of it All) et Matt Henderson (ex Agnostic Front) sont sur cet album. Une fois de plus vous montrez que la famille NYHC est en forme après 30 ans. Quel est le secret ?

Mike Gallo : C’est un mode de vie pour nous. Nous avons toujours de la passion dans ce que nous créons. Nous voyons le hardcore comme quelque chose de mondial à présent, il y a tellement de gosses qui viennent et nous supportent partout. Ça nous inspire à continuer notre truc. C’est aussi cool de voir nos amis et ces groupes aussi populaire que nous, gardant le NYHC comme la scène la plus forte existante. On fait ça parce qu’on aime.

HOW : C’est le troisième album produit pas Freddy, pourquoi ça marche si longtemps alors que la collaboration Jamey Jasta/Zeuss s’est arrêté.

Mike Gallo : On travaille très bien avec Freddy. Il est de la famille et personne ne connaît mieux ce groupe que lui. Il a été en tournée avec nous depuis qu’il a 9 ans. Donc il n’y a personne de mieux placé pour avoir une oreille extérieur parce qu’il sait comment nous devons sonner. Freddy est une personne très talentueuse avec un tas de supers idées.

HOW : Le premier album que as enregistré avec le groupe est Dead Yuppies. Est-ce que ton influence a évolué au niveau des compositions depuis ce temps ?

Mike Gallo : Oui je pense et c’est pareil pour les autres membre : leurs influences ont changé la dynamique du groupe. Je pense qu’à présent nous avons le meilleur line up depuis longtemps et ça s’entend sur l’album. Mais l’alchimie actuelle entre nous représente le groupe dans son meilleur jour depuis longtemps.

HOW : Vous débutez une tournée européenne en Mai, y verrons-nous beaucoup de nouveaux titres lors de celle-ci ?

Mike Gallo : Je suis sûr que nous jouerons des nouveau morceaux. Habituellement ça prend une bonne année aux gens pour absorber le nouveau matériel. Donc à force de tourner pendant l’année, nous ajouterons de plus en plus de nouveaux morceaux à la setlist et nous sentirons lesquels nous préférons jouer en live. C’est le moyen qui nous permet de voir à quels titres le public répond le mieux.

HOW : Comment a évolué le public européen ces 10 dernières années ?

Mike Gallo : Il semble que le public hardcore européen devient de plus en plus gros chaque année. Il y a tellement de groupes aujourd’hui qui tourne ici. Je sens que les européens ont une grande appréciation pour cette musique et sont très ouvert d’esprit. C’est pour ça qu’on adore autant tourner ici. Nous avons la chance de venir ici et d’apporter notre musique.

HOW : Ok, ça sera la dernière, as-tu un souhait pour cette tournée et le futur ?

Mike Gallo : Supportez la vrai musique, achetez la, ne la volez pas. Allez à des concerts et soyez social. Quittez votre putain d’ordinateur et parlez aux gens en face à face. Les vrais expériences de la vie ne se font pas devant votre écran. Voyagez et voyez tout ce que le monde a à offrir. « Wake The Fuck Up People » !

Merci à Valerie pour avoir transmis questions et réponses et pour nous donner la possibilité de faire cette interview ainsi qu’à Mike Gallo pour nous donner un peu de son temps.