Interview Exclusive : Die (DIR EN GREY)

, Le

Ce 22 avril 2015, nous avons eu la chance de pouvoir interviewer Die, guitariste du groupe de rock/metal japonais le plus en vogue du moment et sûrement l’un des meilleurs sur la scène internationale, DIR EN GREY. Nous avons pu poser un certain nombre de questions au musicien dont certaines que nous avons sélectionné à partir de vos propositions soumises sur nos réseaux sociaux à notre demande.

Bonjour Die, ravi de te rencontrer et merci de nous accorder de ton temps pour cette interview. C’est un vrai privilège et un honneur de pouvoir faire cette entrevue avec toi.

Et bien bonjour et merci à toi, tout d’abord. Ça me fait toujours extrêmement plaisir de pouvoir répondre aux questions qu’on peut me poser et de discuter avec les fans. Je trouve ça vraiment cool !  Je suis Die de DIR EN GREY, enchanté !

On peut donc commencer, première question pour toi : Que représente DIR EN GREY pour toi ?

C’est une question forte et compliquée… Mais intéressante ! (rires) DIR EN GREY représente vraiment énormément pour moi, c’est une très grande part de moi-même et de ma vie. C’est plus qu’un groupe, c’est réellement une partie de moi.

Quelles sont tes principales influences ?

Je n’ai pas de noms particuliers à te donner à part hide (X JAPAN) qui a été une révélation pour moi. Ce qui m’influence et m’inspire est plus conceptuel… Plus que la musique ce sont les épreuves que je traverse, les choses que je vis, que je vois et ressens. C’est un grand tout basé sur mes ressentis, mon environnement. C’est ce qui m’inspire et m’influence le plus, oui, et ce qui m’a donné envie de faire de la musique, de m’exprimer ainsi.

Nous savons que tu es guitariste mais joues-tu d’un autre instrument ?

J’ai commencé étant adolescent par jouer de la batterie, puis après je suis venu naturellement vers la guitare et c’est vraiment ce que je préfère.

359208die

Quelle place as-tu dans l’écriture des nouvelles chansons de DIR EN GREY ?

Oh, c’est complexe ! (rires) Hum… Disons que je m’occupe particulièrement des parties de guitares et surtout de la technique dans l’écriture. Si tu veux, nous avons tous des idées dans le groupe, des idées que nous réunissons quand nous discutons de composer des nouvelles chansons. Chacun apporte sa part, ses idées, on en discute et on voit si ça marche. Notre ligne de conduite est surtout de prendre à contre-courant tout ce qui peut exister dans le rock, alors que les groupes simplifient majoritairement leurs musiques avec les années, nous, nous voulons aller dans le sens inverse et toujours proposer un contenu de plus en plus réfléchi et complexe. Moi, vraiment, dans ça je m’occupe précisément de tout ce qui englobe la technique des guitares.

Sur la pochette d’album d’ARCHE on peut y voir l’océan, une racine à la forme bombée rappelant une femme enceinte… Peut-on dire qu’ARCHE dans les grandes lignes symbolise la Vie et ses origines ?

Je vois que tu fais attention aux détails et que tu sais décoder ce que l’on veut véhiculer ! (rires) Et bien tu as visé en plein dedans, comme tu le sais ARCHE signifie « Origines » et le concept de la Vie et son berceau est réellement le cœur de ce nouvel album. Comme tu l’as bien remarqué, l’eau et la forme de la racine évoquent la création, le début de la vie, le début de toute chose.

Nous pouvons noter que beaucoup de chansons d’ARCHE ont un son qui rappelle le DIR EN GREY passé, est-ce volontaire ?

C’est un point intéressant et pertinent. Je pense qu’on a vraiment voulu créer de nouvelles choses mais tu sais, le groupe aura bientôt 20 ans et on possède désormais notre propre identité et nos propres codes dans notre façon de faire de la musique, de créer. Ce sont des sentiments et des choses qui sont revenus naturellement, sans forcer. Ça me fait plaisir de savoir que notre nouveau son rappelle certains de nos anciens, ça prouve que DIR EN GREY a su créer sa propre personnalité tout en évoluant et c’est important.

Chronique Flash : DIR EN GREY - ARCHE

Chronique Flash : DIR EN GREY – ARCHE

Je pense savoir que tu es un fan de X JAPAN, comment c’était de travailler avec YOSHIKI pendant les premières heures de DIR EN GREY ?

Nous étions jeunes et frais dans ce milieu, donc on ne connaissait absolument rien. X JAPAN est depuis toujours une très grande influence pour DIR EN GREY et YOSHIKI a été un véritable mentor pour nous, il nous a guidé, aidé, conseillé sur comment composer de bonnes chansons, écrire et créer de la musique. YOSHIKI nous a également aiguillé sur les plans plus techniques et délicats comme les enregistrements ou la production. C’était intéressant et enrichissant, nous lui en sommes très reconnaissants.

On a pu voir que tu avais fait le grand retour de la teinture rouge pour tes cheveux. Qu’est-ce qui explique ce retour si soudain ?

(Rires) Pour moi le rouge est une couleur très importante et je l’ai très souvent porté pendant de nombreuses années au sein de DIR EN GREY. Le fait de faire un retour au rouge symbolise pour moi une sorte de nouveau départ, comme l’est notre album ARCHE.

Peux-tu nous en dire plus sur tes tatouages et plus particulièrement sur ton motif “peau de serpent ?”

Haha ! Ca c’est vraiment un sujet que je tiens à garder pour moi, j’en suis vraiment désolé. Ce sont des choses très intimes entre moi et moi-même. En revanche, je peux te révéler une chose… Il n’y a qu’une seule personne au monde qui possède ce même tatouage que moi. C’est tout ! (rires)

Le mois prochain vous allez jouer en France, qu’est-ce que ça fait de jouer dans un autre pays ?

On a commencé cette année par faire une tournée au Japon durant laquelle nous avons joué beaucoup de nouvelles chansons d’ARCHE afin de bien nous familiariser avec notre nouvel album mais aussi de prendre la température auprès du public. Nous avons eu énormément de retours positifs et les fans ont été très réceptifs pendant les concerts, ce qui nous a mis directement à l’aise et en confiance pour pouvoir jouer ces nouvelles chansons à l’étranger. Donc je peux dire que nous sommes prêts, à l’aise et nous espérons avoir autant de retours positifs qu’au Japon.

Cette année cela fait 10 ans depuis la première fois que DIR EN GREY a joué en France, en quoi le groupe est-il différent aujourd’hui par rapport à il y’a 10 ans sur la manière de faire un concert en France ?

Je me rappelle très bien de notre premier concert en France, c’était à l’Olympia et woah… C’était déjà il y’a 10 ans ! A l’époque je ne pensais pas que le groupe aurait autant avancé et que nous aurions défendu notre musique aux quatre coins du monde aussi souvent. C’était vraiment le point de départ de DIR EN GREY sur les scènes étrangères. Nous sommes très excités à l’idée de faire vivre ARCHE sur les scènes à l’étranger, je pense en plus que nous commençons à très bien connaître le public et ses attentes, ce qui nous aide à être particulièrement à l’aise et en confiance.

Il y’a 10 ans justement, à l’Olympia, le groupe français eths ouvrait pour vous. Cette année, 10 ans plus tard, c’est DAGOBA, un autre groupe français qui va ouvrir pour vous. Y’a-t-il une quelconque coïncidence ?

C’est quelque chose que nous n’avions pas remarqué ! (rires) Je ne sais pas pour la coïncidence, certainement. Tu sais, nous avons partagé la scène sur de nombreuses dates américaines avec DAGOBA, ils ouvraient pour nous, nous ouvrions pour eux… et je me suis lié d’amitié avec leur chanteur, Shawter. Quand je lui ai dit que nous revenions en France très bientôt, on a tout fait pour que le groupe puisse jouer avec nous.

Je n’ai plus de question, je te remercie sincèrement et grandement de nous avoir accordé cette interview. On se voit à Paris le mois prochain alors ?

A Paris le mois prochain, ça va être énorme ! Merci à toi, c’était très cool.

Le groupe DIR EN GREY jouera le 26 mai prochain au Bataclan de Paris, les Français de DAGOBA assureront l’ouverture de cette soirée.