Interview Exclusive : Cane Hill

, Le

Nous avons pu nous entretenir avec Elijah Witt, chanteur du très prometteur groupe américain Cane Hill. Très sympathique il nous explique les fondements du groupe ainsi que les influences et la direction artistique et les détails concernant la sortie de leur premier EP en octobre prochain. C’est une exclu House of Wolves !

ENGLISH VERSION AVAILABLE AT THE BOTTOM OF THE PAGE.

1) C’est un vrai plaisir de vous avoir sur notre site. Pouvez-vous vous présenter ?

Elijah Witt au chant, Bemo Barnett à la guitare, James Barnett à la guitare, Ryan Henriquez à la basse et Devin Clark à la batterie.

2) Pourquoi le nom « Cane Hill » (référence à un asile psychiatrique américain) ? Est-ce que la maladie mentale est un concept pour le groupe ?

La maladie mentale n’est pas vraiment un concept pour le groupe, non. C’est plus ou moins le fait que notre musique soit honnête et donc sombre. Le nom convenait parfaitement avec le corps de notre musique autant sur le texte que l’instrumentale dans le sens où nous voulons rappeler les sentiments d’abandon, de perte d’esprit, les choix que tu dois faire jour après jour en tant que personne avec des émotions qui sont tes propres garde-fous et bloquées derrière le mur que tu as dressé inconsciemment afin de ne plus être blessé, laissé seul, apeuré etc…

3) Comment décrirais-tu la musique de Cane Hill ? On peut entendre quelques sonorités à la Slipknot et KoRn et ça déchire franchement. En fait on aime énormément le néo metal, c’est volontaire ?

Elle est vraiment honnête et narcissique. C’est la bande-originale des sentiments et émotions que tu veux contenir.

4) Quelles sont les majeures influences du groupe ?

Les plus évidentes sont Slipknot et KoRn mais également Mudvayne, Powerman 5000, Pantera, Slayer… Le noyau dur des années 80 et 90.

5) Nous sommes vraiment impatients à l’idée d’écouter votre premier EP qui sortira en octobre mais dis-moi… Pourquoi ça a pris autant de temps à sortir ?

Oh c’est une longue histoire mais je vais la faire courte. On a enregistré un album complet en 2014 quand on a signé chez Rise Records et après un an de retenue à ne rien sortir, nous nous sommes entourés de la meilleure équipe possible pour repenser entièrement l’album. On avait quelques chansons qui ne sonnaient pas aussi bien que d’autres donc au final on a laissé l’idée du full length et on a décidé de sortir ce qu’on aimait le plus.

6) Comment le groupe s’est retrouvé à  signer chez Rise ?

On a enregistré quelques chansons avec Drew Fulk en 2013 et 2014 qu’on a envoyé au label. Le lendemain on avait un appel de leur part. Vraiment simple !

7) Sur la chanson « Time Bomb », vous faîtes un feat avec Scout du groupe ISSUES. Vous le connaissiez personnellement avant ? A-t-il écrit la chanson avec vous ?

On le connaissait bien sûr mais nous n’avions jamais eu l’occasion de se rencontrer. On a toujours voulu une partie avec des scratches et Scout était le mieux placé pour nous faire ça. Il n’a pas écrit la chanson avec nous, juste sa partie qu’il a ajouté à ce que nous avions déjà.

8) On a pu voir un certain nombre d’énigmes sur le Facebook du groupe, c’était un moyen de faire du teasing pour la sortie de l’EP ?

Absolument. Après avoir sorti notre dernière chanson l’année dernière, on a voulu entretenir une sorte de hype à propos de nous à une époque où l’attention des gens est très maigre. On pouvait comprendre les gens qui en avaient marre que l’on leur dise « bientôt » ou « l’attente en vaudra la peine », parce  qu’honnêtement on était vraiment impatients de sortir quelque chose. Une fois qu’on a su où on allait avec l’EP, on a trouvé ça cool de faire un super cryptage pour l’annoncer.

9) Vous avez quelques plans pour jouer en Europe bientôt ?

Actuellement rien du tout mais je suis sûr que ça arrivera très bientôt. L’étranger est définitivement un lieu qu’on adorerait visiter.

10) Un petit mot pour les fans français ?

Comme on l’a dit en Nouvelle Orléans :  « Laissez les bons temps rouler. Et, bien sûr, bienvenue à l’asile. »

Nous remercions Elijah et Cane Hill pour leur très grande gentillesse et leur exemplaire accessibilité. On se donne rendez-vous le 23 octobre pour le premier EP et on espère les voir bientôt sur scène !

————————————————————————————————————————————-

ENGLISH VERSION

1) It’s an honor to have you on our website. Can you introduce yourselves ? (every member)

Elijah Witt: vocals

Bemo Barnett: guitar

James Barnett: guitar

Ryan Henriquez: Bass

Devin Clark: Drums

2) Why the name « Cane Hill » ? Is the mental illness the concept of the band ?

Mental Illness isn’t really a concept for the band, no. It’s more or less that our music is honest, and it’s dark. The name just seemed to fit perfectly with the content of our music lyrically and instrumentally in the sense that we want you to remember feelings of abandonment, of losing your mind in the decisions you have to make day to day as a real person with emotions that are safeguarded and locked behind walls that you’ve subconsciously put up in efforts to stop the possibility of being hurt, alone, afraid, etc.

If you’ve ever studied what happens in asylums, how the patients are treated like their subhuman, and left to rot because of problems they were born with, things they can’t control, that’s our musical content in a nutshell.

3) How can you describe the music of Cane Hill ? We can hear a bit sound like Slipknot or Korn in your songs and that’s pretty badass. In fact we love nu metal, was it volunteer ?

It’s truly honest and narcissistic. It’s the soundtrack of the thoughts and feelings you want to repress.

4) What’s your major influences ?

The very obvious Slipknot and Korn, but also Mudvayne, Powerman, Pantera, Slayer, etc.  The heavy powerhouses of the 80’s and 90’s for sure.

5) We are so excited to listen to your first EP in octobre but tell us… Why it took so long for you to release an EP ?

Oh that’s a good story, but I’ll keep it short.  We recorded a full length in early 2014 when we first got picked up by Rise and we loved how it turned out. But after a year or so of holding off on releasing it while we secured the best team around us that we could imagine we all started rethinking the album.  We had a few tracks that didn’t quite resonate with us as much as others. So in the end we decided to hold off on a full length so we could put out something with just the bangers we truly loved.

6) How did you get signed on Rise Records ?

We recorded a few songs with Drew Fulk in 2013 and 2014 that we sent to Rise and the next day we got a call from them. Pretty simple stuff!

7) On « Time Bomb », you’re featuring Scout from ISSUES. Did you know of him personnaly before record the song ? Did he wrote the song with you ?

We knew of him of course, but no we had never met him before. We just always wanted a part with scratching and Scout has the best sound to blend with our music.

No, he didn’t write the song with us. He just wrote his feature over what we already had.

8) We saw some riddles on your Facebook, was it for your EP announcement ?

Absolutely it was.  After almost a year since our last song was released, we’ve been trying to keep some hype alive about us in an age where attention span is so slim. We could feel people getting tired of just hearing us say things like “soon”, or “the wait will be worth it”, because honestly even we were getting incredibly impatient waiting to release.  So when we finally got to the point where we were about to release our EP details, we thought it would be fun to just go super cryptic with it.

9) Do you have some plan to play in Europe soon ?

As of right now we don’t have anything set, but I’m sure it will happen very soon. Overseas is definitely a market we’d love to visit.

10) A little word for your French fans ?

As we say in New Orleans, Laissez les bon temps rouler. Et, bien sur, bienvenue a l’asile.

Thanks a lot guys, we can’t wait to listen to your first EP and see you on stage.