Archives par étiquette : marvel

Chronique de la seconde chance : Deadpool

, Le à 23:35

Second round pour Deadpool de Tim Miller et/avec Ryan Reynolds, film le plus corrosif et geek de la St Valentin 2k16 qui n’avait que moyennement convaincu à chaud l’année passée. Pourtant l’eau a coulé sous les ponts, aujourd’hui à froid et plus enclin à recevoir ce que le film est, donne, loin des attentes visiblement trop lourdes ou inadaptées par rapport au projet, entraînant donc le sentiment de déception, qu’en est-il pour que l’on daigne lui accorder son match retour un an plus tard ? Match-retour ou peut-être que certains surnommeront ça « la critique du retournement de veste », reste que Deadpool fait partie de ces long-métrages qui donnent envie que l’on leur accorde une autre chance malgré le tapage, surabusif, tout autour et pour cause le film de Tim Miller à très bas-budget jouit d’une liberté totale par son statut, lui permettant une expression plus ample et un étalage d’esprit salace bien senti. Casting réduit mais qui excelle dans son registre incarnant une panoplie de personnages ayant tous leur pet au casque des protagonistes aux antagonistes jusqu’aux rôles contenus des deux X-Men présents, en décalage absolu et donc indispensables pour animer un final explosif, littéralement. Les défauts notés précédemment subsistent toujours, malgré toute la bonne volonté du monde, Deadpool possède un montage ingénieux dû à sa narration atypique mais clairement cache-misère qui balaye une intrigue simpliste, néanmoins efficace, au profit du one-man show dont la star n’est autre que Ryan Reynolds lui-même, sulfatant plus de vannes que de balles, dont certaines finissent par manquer leurs cibles. Raccord avec l’esprit originel de Deadpool ? Sûrement, ce qui ne l’empêche pas pour autant de tomber dans certains pièges de facilité d’écriture ou dans une certaine lourdeur (au sens balourd) sur la longueur du métrage. Si l’on rit beaucoup pendant le premier acte, le second surprend pour sa gravité et son premier degré viscéral et le sort réservé au personnage de Wade Wilson n’aurait pas été renié par David Cronenberg (La Mouche) ce qui confère à Deadpool une intéressante rupture de ton et un répertoire des genres dans lequel le film pioche avec classe. Tour à tour drôle, grave et graveleux, le film de Tim Miller possède son arrière-goût d’y revenez-y, sappé par la musique de Junkie XL qui joue avec les codes des années 80, dans lesquelles le métrage se plaît à profiter du même caractère décomplexé que durant l’âge d’or de l’actionner à punchlines. Deadpool est un film qui fait du bien autant à soi qu’à l’industrie du film, que l’on se doit de consommer et d’y retourner en cas d’humeur maussade et surtout Deadpool est aussi l’hommage le plus étincelant à George Michael que 2016 avait à offrir à l’artiste, et rien que pour ça : chapeau bas. On a désormais très hâte de voir ce que Chad Stahelski (John Wick) en fera pour le second volet que l’on imagine bigger & louder.

Note du rédacteur : 

Julien-K

Tags: , , , , , , , , ,

Spider-Man: Homecoming, teaser et 1ère bande-annonce

, Le à 10:34

Attendu pour cet été, le 12 juillet 2017, le reboot de Spider-Man au cinéma, Spider-Man: Homecoming de Jon Watts (Clown), nous a offert tout d’abord un premier teaser à la 1ère personne, puis sa véritable bande-annonce, qui montre Tony Stark (Robert Downey Jr) prenant sous son aile le jeune Peter Parker (Tom Holland, vu dans Au coeur de l’océan et le récent Edge of Winter/Escapade fatale avec Joel Kinnaman). L’occasion également de voir Michael Keaton (Beetlejuice, Batman, Birdman), dans le rôle du méchant Vautour.

A noter que la version américaine du trailer propose 30 secondes d’images supplémentaires, montrant notamment Peter et sa vie de loser au lycée.

Info de dernière minute : suite au succès de la bande-annonce, Culver City studio a déjà annoncé Spider-Man: Homecoming 2 pour le 5 juillet 2019 aux États-Unis.

Continuer la lecture

Tags: , , , , , , , , ,

Spider-Man PS4 : le teaser de l’E3 2016

, Le à 11:00

Marvel et Insomniac Games (Ratchet and Clank, Sunset Overdrive) ont annoncé aujourd’hui l’arrivée d’un jeu Spider-Man en exclusivité sur PS4 (n’oublions pas qu’une partie des droits du personnage à l’écran appartenant à Sony Pictures, ceci doit notamment expliquer cela).

Tout ce qu’on peut lui souhaiter, c’est d’offrir une aventure à la hauteur de la série Arkham pour le Chevalier Noir. A noter que l’histoire proposera un Peter Parker plus âgé et ayant plus d’expérience que celui du reboot cinématographique avec Tom Holland.

Le gameplay devrait pour la première fois s’orienter parkour, promettant des déplacements hyper fluides, avec des combats permettant d’utiliser l’environnement.

Continuer la lecture

Tags: , , , ,

Pourquoi je vous recommande Captain America: Civil War et pourquoi non

, Le à 1:14

Troisième livraison super-héroïque pour cette année, second clash par rapport à l’offensive lancée par les DC Films via Batman v Superman: L’Aube de la Justice, Captain America: Civil War est déjà en salles depuis mercredi chez nous. Faut-il aller le voir ? Vaut-il le prix de sa place de cinéma ? On vous dit pourquoi vous devriez y aller et pourquoi il serait préférable de s’abstenir. Continuer la lecture

Tags: , , , , , , ,

Chronique Flash : Captain America – Civil War

, Le à 12:14

Pensé initialement comme une réponse à l’offensive des DC Films afin d’inclure également son grand clash super-héroïque dès 2016, Captain America: Civil War, nouvelle livraison des studios Marvel portée par les frères Russo, déjà en charge de l’opus précédent, se pose là avec la principale mission de remplir le cahier des charges imposé par le grand penseur de la production et seul décideur tout-puissant à bord : Kevin Feige.  D’emblée, Captain America: Civil War peut s’avérer vicieusement trompeur grâce à son titre racoleur, car mis à part deux ou trois points, le film ne partage rien de commun avec l’œuvre de Mark Millar, la véritable CIVIL WAR. Objet impossible à porter à l’écran à cause de son ampleur et de sa complexité d’histoire bien plus politique et idéologique que ne le veut l’univers cinématographique. Le film, ou plutôt épisode sériel supplémentaire essaie de faire un pied de nez, avec une certaine vision assombrie et un regard plus conscient, à tout l’univers cinématographique Marvel qui n’a fait que cloner, jusque-là, un essai qu’il n’a jamais réussi à transformer depuis le premier Avengers de Joss Whedon. Si la maîtrise des frères Russo derrière la caméra est respectable malgré une fâcheuse tendance à la décompensation parkinsonienne durant les scènes d’action, le bilan narratif reste bien plus mitigé car terriblement brouillon pendant deux tiers. Il est même intéressant de voir à quel point ce Captain America: Civil War se pose comme l’anti-thèse de Batman v Superman: L’Aube de la Justice, si le film de Zack Snyder est profondément maitrisé pendant ses deux premiers tiers cérébraux et au propos métaphysique puis s’échappe pendant la dernière ligne droite, c’est le parfait inverse chez le film des Russo ; deux premiers actes interminables dont les enjeux peinent à captiver servis par un nombre d’incohérences grossières et facilités dispersées çà et là, symptôme de la mauvaise écriture des films précédents et dont celui-ci hérite la lourde tâche malgré lui d’y donner des clés et un sens. Brouillon et ennuyeux jusqu’à la véritable confrontation qui fait basculer le film dans sa dimension spectaculaire, les personnages de Spider-Man (le plus réussi) et de Black Panther sont les véritables pépites de ce long-métrage et sauvent clairement le show qui peine par son manque d’ambition sur sa fin. Le principal handicap de ce troisième Captain America est de se vouloir maladroitement être beaucoup de choses mais reste un effort sériel quasiment filler au court duquel l’intrigue pêche par sa non-prise de risque, prisonnier de son statut de produit marketing ancrant ses personnages et leurs situations dans un semi-aveu de stagnation les empêchant continuellement d’évoluer ; un comble pour un affrontement censé diviser à jamais les rangs des super-héros… Plutôt long-teaser pour les films Black Panther, Spider-Man: Homecoming et Avengers: Infinity War Part.1 que véritable guerre civile, l’amer arrière-goût de l’expédition grotesque de l’arc narratif du Soldat de l’Hiver reste après le tomber de rideau final. Un épisode de plus, un Marvel de plus ; sympathique et sans grande consistance une fois encore, là où on l’attendait comme véritablement ambitieux et risqué, un vrai pivot au sein du Marvel Cinematic Universe. Captain America: Civil War possède assurément toutes les qualités d’un film (produit) libellé Marvel, mais indéniablement tous les défauts qui vont avec. 

Note du rédacteur : 

Julien-K

Tags: , , , , , ,

Le film Spider-Man dévoile son titre et son logo !

, Le à 13:30

Introduit dans le futur Captain America: Civil War, qui sort le 27 avril, avec environ 30 minutes de présence à  l’image (10 pour Peter Parker et 20 pour Spider-Man), le nouveau Spider-Man, interprété par Tom Holland  (Au coeur de l’océan), bénéficiera par la suite de son propre film, réalisé par Jon Watts (le film d’horreur Clown), qui sortira aux États-Unis le 7 juillet 2017.

Cette nuit, à l’occasion de la CinemaCon de Las Vegas, Sony Pictures a dévoilé le titre et le logo du film qui s’intitulera Spider-Man: Homecoming, avec une police faisant plus penser au comic-book qu’aux versions cinématographiques précédentes. On y voit bien entendu un clin d’oeil au fait que Spider-Man soit revenu à la maison, c’est à dire chez Marvel, qui coproduit le film avec Sony.

Continuer la lecture

Tags: , , , , , ,

Marvel’s Daredevil : la bande-annonce officielle de la saison 2

, Le à 22:30

Bon Dieu, il n’y a pas à dire, je pense pouvoir parler au nom de toute la rédaction en disant que Daredevil est bien la meilleure adaptation d’un comic-book à la télévision (avec Gotham ! Arrow a quant à lui perdu de sa superbe au fil des saisons) !

Dans cette nouvelle bande-annonce, pour promouvoir la saison 2 qui débarquera le 18 mars sur Netflix, Matt Murdock fait face au Punisher, sous les traits de Jon Bernthal (The Walking Dead), et rencontre même Elektra ! La deuxième partie de la bande-annonce sera dévoilée le 25 février, mais vous avez de quoi déjà rester rêveurs devant ces 2 min. 40 de bonheur : Continuer la lecture

Tags: , , , , , , , ,

Chronique Flash : Deadpool

, Le à 0:39

Traîné dans la boue par son exploitation calamiteuse dans X-Men Origins: Wolverine, Wade Wilson aka Deadpool (Ryan Reynolds) est bien décidé à rendre justice à l’anti-héros préféré des fans de comics. Tenue moulante rouge, armé jusqu’aux dents et arrogant au possible, autant en intra qu’en extra avec une communication abusive et parfois de mauvais goût, Deadpool est certainement l’adaptation d’un Marvel la plus hypée depuis le premier Avengers et tient-il ses promesses ? …. Pas totalement. Vendu exclusivement comme le film qui va mettre un énorme coup de pied aux fesses du genre super-héroïque de plus en plus lissé grâce à une classification Rated-R obtenue en contrepartie d’un budget relativement pauvre pour sa production, le film se prend en partie les pieds dans le tapis au niveau de ce qu’il souhaite dénoncer et tourner en dérision. Évidemment, Deadpool est une adaptation de qualité, très fidèle au matériau d’origine et ravira tous les fans du personnage et les néophytes en quête d’un film pop-corn déjanté et couillon. Car malheureusement oui, Deadpool commet l’erreur d’être un film con sans proposer plus, là où ses très nombreuses vannes méta et divers comiques de situation auraient pu faire mouche, il accumule maladroitement un trop-plein qui le rendent à la fois hilarant mais paradoxalement, à quelques lourdes reprises, à côté de son propos. La réalisation souffre clairement de son budget appauvri, si le peu de scène d’action est bien propre et soigné, le manque de moyens se fait sentir dans l’aspect cheap des effets spéciaux et des, trop peu nombreux, décors. Quant à l’histoire, son classicisme, son manque d’enjeux et d’empathie pour les divers protagonistes sont cachés de manière plutôt habile par un montage atypique du film et une avalanche tonitruantes de blagues et de punchlines, dont la plupart parle directement aux spectateurs comme la tradition l’exige. Est-ce que Deadpool méritait vraiment son Rated-R ? Soyons clairs, il est à peine plus violent qu’un Kick-Ass et demeure tout de même très aseptisé pour un public ciblé adolescent, faute à son statut de produit de commande. Qu’on se le dise, Deadpool de Tim Miller est une bonne comédie, bien américaine dans le style qui ravira les fans d’humour gras qui touche souvent au scato et sous la ceinture, l’humour reste bien écrit et la réalisation s’en tire avec les honneurs malgré son manque évident de moyens, c’est également une excellente adaptation du comic-book, la meilleure du studio Fox depuis le premier X-Men, et fait enfin honneur au célèbre personnage rouge, cependant il lui manque sa dose de cynisme si particulière ainsi qu’une dimension plus psychiatrique et inquiétante de Wade Wilson pour lui créer de vraies nuances de caractère plutôt qu’en faire un one-man show  de 2h. Difficile donc de ne pas ressortir en ayant eu l’impression de ne voir qu’une version longue du contenu déjà dévoilé dans les trailers. Bien, a le potentiel mais peut mieux.

Note du rédacteur : 

Julien-K

Tags: , , , ,

Star Wars : George Lucas de retour et les mésaventures de Kenobi et Skywalker

, Le à 14:22

Alors qu’on pensait la Prélogie injustement enterrée par Disney et Lucasfilm, Marvel vient d’annoncer l’arrivée très prochaine d’une mini-série de comic-books qui racontera les aventures d’Obi et Ani entre les événements des Épisodes I et II de la saga cinématographique. Continuer la lecture

Tags: , , , , ,

Chronique Flash : Les Fant4stiques

, Le à 13:52

Les Fant4stiques de Josh Trank, enfin à moitié, et de Simon Kinberg…à moitié mais qui a le dernier mot sur le cut final. On ne va rien se cacher, le film est clairement coupé en deux parties artistiques clairement marquées. Si la première moitié du film touche l’excellence, se voulant être dirigée de bout en bout par la volonté de son cinéaste grâce à une véritable identité qui approche le genre d’un tour de force complètement inédit. Dans les traces de son premier film, le très réussi Chronicle, Trank offre à l’écran un traitement des méta-humains avec des codes horrifiques influencés par le génial David Cronenberg. Les Fantastiques sont ainsi mis en images comme des monstres et non comme des héros extraordinaires et niais comme dans les premières adaptations ou à titre plus récent : les Avengers de Marvel Studios. De mémoire, seulement Spawn a été travaillé ainsi sur l’écran, avec la crainte de ses pouvoirs sous les codes du film d’horreur et pourtant le résultat était très loin d’être à la hauteur, même à l’époque. Le film démarre donc avec un cachet d’authenticité très fort, véhicule des valeurs sur la famille plutôt pertinentes et… rupture. Arrive comme un cheveu sur la soupe la deuxième partie majoritairement dirigée sans son cinéaste qui cumule les effets spéciaux non-terminés, une direction d’acteurs ridicule, des scènes de remplissage low-coast saupoudrés de dialogues creux et forcé et pour couronner le tout : des scènes d’action extrêmement mal narrées, filmées et montées… Ce film ne reflète que très bien la volonté des producteurs de ne pas donner aux réalisateurs américains leur libre créativité sur des projets aussi ambitieux. Voilà ce qui se passe quand un studio de production décidé d’interférer de façon intempestive avec la liberté de création du réalisateur et de l’équipe artistique. Un cas très similaire à Alien 3 ou d’un Los Angeles 2013. Le problème de ces Fant4stiques, c’est Hollywood lui-même. Quel gâchis. Un début tellement prometteur, avec relecture complète du mythe de ces 4 Fantastiques sous une vue originale non loin du point de vue assumé du film d’auteur, que la 20th Century Fox a saboté…. Ne reste qu’un film handicapé. On ne peut s’empêcher de regretter ce que le film aurait pu/dû être.

Note du rédacteur : 

Tags: , , , , , , , , , , ,

Deadpool : la bande-annonce officielle !

, Le à 13:01

Après un teaser plein d’humour posté hier pour annoncer la bande-annonce (à voir plus bas), celle-ci débarque enfin, et elle était sacrément attendue ! Ryan Reynolds est Deadpool, le super-héros le plus décalé de l’univers Marvel ! Assumant totalement son second degré, il n’hésite pas à se moquer de son précédent rôle de Green Lantern, avec son « costume vert » et « animé ».

Un film qui revient de loin, puisque, annoncé depuis 2000, il a vu sa production relancée après le leak d’un test footage en CG avec Ryan Reylnolds qui a enflammé la toile l’an dernier. Réalisé par Tim Miller, le film est attendu sur nos écrans pour le 10 février 2016. Continuer la lecture

Tags: , , , , , ,

Daredevil : logo de la saison 2 et introduction du Punisher

, Le à 8:24

Netflix a révélé un nouveau logo pour la saison 2 de sa série Marvel’s Daredevil. Celui-ci est criblé de balles et arrive avec le message Twitter « Frank Castle arrive à Hell’s Kitcher. Ceux qui se mettront en travers de sa route seront punis.« 

Continuer la lecture

Tags: , , , , , , , ,

Michael B. Jordan (Les 4 Fantastiques) lance un appel à la tolérance avec une lettre ouverte

, Le à 16:54

Sujet à d’idiotes controverses, l’acteur américain Michael B. Jordan, qui incarne la torche-humaine dans le reboot des 4 Fantastiques par Josh Trank a posté une lettre ouverte sur le site d’Entertainment Weekly où il répond à tous les messages racistes qui lui ont été adressés quand il a été casté pour son rôle.  Continuer la lecture

Tags: , , , , , , , , , ,

Daredevil : la première bande-annonce disponible

, Le à 22:04

Daredevil fait partie des séries que l’on attend avec grande impatience ! L’exclusivité Netflix se dévoile un peu plus à travers sa première bande-annonce officielle, l’occasion de confirmer l’atmosphère sombre du show, et de voir le costume du héros dans sa version préliminaire, inspirée de la série Man Without Fear (1993), écrite par Frank Miller et dessinée par John Romita Jr .

La série suit les péripéties de Matt Murdock, interprété par Charlie Cox  (vu notamment dans Boardwalk Empire et Stardust, le mystère de l’étoile) qui a perdu la vue lors d’un accident étant enfant, et qui compense en ayant développé ses autres sens de façon extraordinaire. Murdock officie dans le quartier de Hell’s Kitchen, à New-York, où il combat l’injustice en étant avocat le jour et justicier la nuit. Continuer la lecture

Tags: , , , , ,

Ant-Man : la bande-annonce officielle, plus de 29 millions de vues

, Le à 14:36

Ant-Man, on ne va pas se le cacher, était clairement le super-héros que l’on n’attendait pas. Et pourtant, à l’instar des Gardiens de la Galaxie, il se pourrait bien que les surprises viennent des licences les moins connues de Marvel. En effet, depuis sa mise en ligne mardi dernier, la bande-annonce du film avec Paul Rudd dans le rôle-titre, a déjà été visionnée plus de 29 millions de fois ! C’est plus de vues que celle des Gardiens de la Galaxie, qui, comme vous le savez, à engendré quelques dollars au box-office.

Le film semble s’orienter sur une origine-story sans négliger l’humour (Marvel oblige), on apprécie d’ailleurs grandement la remarque du héros à la fin de la vidéo : « Juste une question, pour changer le nom c’est trop tard ? » ! Pour l’anecdote, Evangeline Lilly a d’ailleurs éclaté de rire quand on lui a proposé un rôle dans l »homme-fourmi ».  Continuer la lecture

Tags: , , , , , , ,